chrétienne

  • La SYMBOLIQUE DU BLE

    La symbolique du blé

     

    L'origine du blé, nourriture universelle, reste encore un mystère, comme pour ailleurs de nombreuses céréales ou plantes cultivées. La culture du blé marque pour l'Homme le début de sa sédentarisation, et permet au nouvel Homme-Paysan d’appréhender le temps différemment : désormais, le temps s'écoule en fonction du rythme des labours, semailles et moissons.

    La gerbe de blé est une céréale sacrée qui est considéré depuis toujours comme un porte bonheur qui permet s’assurer bonheur et prospérité tout en conjurant le mauvais œil et cela est dû notamment à la capacité dont dispose le grain de blé qui le fait mourir et renaître...Le cycle nourricier se poursuit, inexorablement en fonction du cycle solaire des saisons. Le blé est la céréale la ancienne travaillée par l’Homme.

    Elle est la plus croisée et parfois, génétiquement modifiée pour la rendre stérile et ainsi asservir des Hommes à d'autres. Le cycle risque de se rompre si les apprentis sorciers poursuivent ces desseins, mais on peut également multiplier les espèces, les métisser, améliorer la qualité...

    Depuis tous temps, la gerbe de blé est le symbole du bonheur et de prospérité et les prémices de cette superstition trouve son origine au temps de la Rome Antique durant laquelle le blé était lancé sur les jeunes mariés afin d’assurer une belle et grande descendance. Cette gerbe s'accrochait jadis au faîte d'une maison neuve lorsque la charpente est terminée, ou sur la porte d'entrée de la maison.

    C'est pourquoi elles apparaissent dans beaucoup de civilisations comme un présent des dieux liés au don de la vie. Si l'on en croit la légende d'un hymne homérique, Déméter (Cérès pour les romains) donne l'orge et envoie Triptolème répandre le blé dans le monde. Xochiquetzal apportait en Amérique précolombienne le maïs, ... Le blé symbolise le don de la vie qui ne peut être qu'un don des dieux, la nourriture essentielle et primordiale. Les grains de blé retournés au sol sont une promesse d'autres épis. Tous les peuples qui ont goûté le pain l’ont adopté. Ensuite, plus question de s’en passer. Le manque de pain peut provoquer révoltes et révolutions. Les gouvernants en ont conscience.

    Au fil des siècles, le pain a acquis une dimension symbolique essentielle : il symbolise le sacré, la justice, la stabilité, mais aussi le travail. Le boulanger possède alors une dimension sociale essentielle à la vie dans la cité. La graine de blé, semée en pleine terre à l’automne séjourne quelque 6 mois, pour recevoir l'eau va peu à peu germer. C’est l’hiver, saison où tout semble mort et éteint, qui prépare à la vie la plante la plus utile à l'homme.

    Ensuite la graine sortira de terre à l'air libre et grâce à la Lumière du Soleil et à sa chaleur va poursuivre sa croissance. L’analogie entre le profane et l’homme initié aux mystères de la franc maçonnerie peut révéler que les épreuves de la Terre, de l’Eau, de l’Air et du Feu sont toutes présentes dans ce processus de vie.

    Le sigle V.I.T.R.I.O.L. (Visita Interiora Terrae, Rectificandoque, Invenies, Occultum Lapidem) s'applique ainsi au blé. Le blé qui sort de terre va croître en un épi porteur de plusieurs autres graines. L'épi est un transmetteur, un porteur de vie. C’est lui qui travaille pour les graines, leur apportant par sa tige l’eau et les nutriments puisés dans le sol. Il les soutient et les aide à se fortifier. L'épi porte en lui la vie. L'épi de blé était déjà un emblème d'Osiris, symbole de sa mort et de sa résurrection.